Démontage-Réparation d'un enrouleur motorisé Profurl NDE 42

4164 lectures / 6 posts / 0 new
Offline
FAST
Forum member
Démontage-Réparation d'un enrouleur motorisé Profurl NDE 42
subject no 101237
DEMONTAGE D'UN ENROULEUR PROFURL MOTORISE NDE 42
J'ai joint à mon exposé quelques photos, mais ayant eu un probleme de copies j'ai éffacé malencontreusement les autres....
1- Examiner l'aspect extérieur, l'appareil aura peut etre (sans doute) besoin d'etre repeint aprés quelques années à l'avant du bateau....Si vous envisagez de démonter l'appareil pour avoir accés aux roulements, c'est sans doute parceque de l'eau (douce ou salée) y a pénétré aussi je conseille de bien examiner l'aspect extérieur de l'appareil pour y déceler d'éventuelles fissures ayant pu favoriser une entrée d'eau dans l'appareil...On peut avec profit penser dés à présent à poncer entièrement l'appareil, la graisse présente à l'intérieur, diffusant par capillarité au travers d'une possible fissure aidera à la repérer...
2- Déposer le bouchon d'accés pour une manivelle
3- Enlever la vis BTR au fond de la piece en inox recevant le carré de la manivelle. Il faut bloquer fermement l'axe creux de l'enrouleur pour l'empecher de tourner. Enlever le manchon carré pour la manivelle.
4-On peut alors extraire le joint SPI ( dimensions 30-42-7 ) Penser à le remplacer.
5-Il faut maintenant séparer les deux demi-carters. Tout d'abord enlever les deux vis BTR qui maintiennent les deux moitiés, puis en insérant un (vieux) ciseau à bois dans la ligne de joint, taper en commençant par les parties inférieures et supérieures plus rigides, ensuite en tirant on sépare les deux moitiés, simplement collées au mastic. Attention à ne pas introduire le ciseau trop loin pour ne pas détériorer la portée de joint. Nettoyer les portées de joint trés proprement. On en profite pour enlever la totalité de la graisse qui se trouve dans les carters, on en mettra de la neuve au remontage....
6-On peut alors déjà mettre de côté le moteur electrique, en dévissant les 3 vis BTR qui le maintiennent en place, et en le décolant de son support ( joint silicone ). Avant tout l'essayer, il  faut un aide pour le tenir, ret quelqu'un pour faire fonctionner l'interrupeteur, vous erz alors déjà renseigné sur l'état des roulements. Il se pourrait alors que vous n'ayez pas besoin d'aller plus loin dans le démontage...Puis le nettoyer au dégraissant, examiner les charbons, le pulvériser avec un produit hydrofuge adéquat. Il est à noter que l'étiquette portant les references du moteur a été découpé au cutter, la marque du fabricant a disparue,  c'est un moteur courant continu, le mien en 24V, type CSC 8845, 5000tr/mn, 40A, 800W.......chercher un fabricant sur le Net si besoin ....sinon voir du côté de Leroy Somer  On nettoie bien le pignon conique moteur. On peut penser à remplacer le joint en mousse autour du support du moteur, joint de hublots fera l'affaire. Coller avec de la néoprène. Pour le démontage proprement dit du moteur : déposer le pignon, clé de 7, enlever l'ensemble du porte balais en dévissant  les 4 vis H7, aprés avoir pris soin de sortir proprement les 4 balais de leurs logements inutile de les enlever entierement, la face arriere du moteur ne se démonte pas aisément, tenue par des tourillons noyés, et ce n'est necessaire. Sur la face avant, déposer le circlips sur l'axe du moteur, aprés avoir déposer le pignon (attention à la clavette) et enlever les 2 vis BTR cachées sous le silicone....Ceci étant fait, avec votre vieux ciseau à bois écarter doucement la face avant du carter central. celle ci étant décolée, il faut tirer dessus avec energie car les 4 aimants permanents tiennent le rotor avec une certaine force. On a alors accés aux 2 roulements, celui de la face avant, il faut oter le second circlips sur la bague extérieure, il s'agit d'un NSK 6202 Z et celui de l'arriere un 6200 Z. je conseille de les remplacer par des étanches. Attention dans le palier arriere il y a une rondelle ondulée pour rattraper le jeu longitudinal du roulement. Pour le remontage du moteur il faut d'abord mettre en place le nouveau roulement avant dans la face avant et mettre le circlips exterieur, puis le second roulment en bout d'arbre, ensuite glisser l'axe du rotor dans le roulement de la face avant et mettre le circlips intérieur, introduire le rotor ainsi assemblé dans le corps du moteur, attentionles aimants vont l'aspirer brusquement !!, positionnet le roulement de bout d'arbre en face de son logement et ça rentrera tout seul, terminrer le remontage ne pose aucune dificulté....
7- Revenon à l'enrouleur : on dépose ensuite l'autre pignon conique recepteur, qui se trouve sur l'axe transversal. Attention, sous ce pignon, il y a des rondelles métalliques de calage, ne pas les égarer, pas plus que la clavette du pignon.
8- Dépose du circlips sous le pignon bloquant le roulement du dessous.
9 Il s'agit d'enlever l'ensemble axe/roulement/vis sans fin. j'ai procédé comme suit : j'ai mis en place une vis tete H dans l'axe pour me permettre de saisir avec une pince cet axe sans l'abimer, j'ai soulevé avec la pince, l'ensemble du carter concerné, et j'ai tapé avec un maillet sur ce carter autour du roulement, et l'ensemble est venu petit à petit. Il ne faut pas bloquer l'axe creux de l'enrouleur car celui ci doit pouvoir tourner librement pour permettre à la vis sans fin de se dégager de son pignon.
10- Le roulement (même pas étanche ) est un 3204 de chez SKF, le mien étant grippé je l'ai remplacé par un étanche 3204-B-2RS6TVH. Ce roulement est trés solicité, c'est celui qui encaisse les efforts entre la vis sans fin et son pignon....
11- Nettoyer et examiner la vis sans fin et le bout d'arbre qui entre dans un logement du carter où se trouve une bague, voir le jeu...et en tout cas bien nettoyer.
12- Il s'agit maintenant de démonter l'axe creux et ses roulements..... Faute d'information j'ai donc procédé ainsi:
    Déposer les 3 vis BTR à téton qui maintiennent le tube cache ridoir, puis enlever la bague inox en tirant simplement dessus , en réalité le temps et l'oxydation ont fait leurs oeuvres et il ne m'a pas été possible de l'extraire en tirant simplement dessus. J'ai donc introduit dans 2 trous opposés une tige de 10mm, de longueur exacte correspondant au diametre exterieur de la bague inox, et appuyant par le haut sur cette tige avec un bout d'acier au travers de l'axe creux, et avec un gros serre joint à vis, et beaucoup de cales en bois, j'ai pu extraire cettte bague inox.

13- Il faut maintenant enlever la bague en plastique blanc. C'est une bague servant d'isolant entre le carter en aluminium et la bague en inox. Elle est assez souple et j'ai pu introduire sur son pourtour sans la casser, un tournevis assez fin puis une lame de scie à métaux. Une fois le pourtour décolé du carter alu, cette bague en plastique sort assez facilement. Bien nettoyer et décrasser la partie cylindrique du carter pour permettre l'extraction des joints SPI et par la suite des roulements. Un bonne application de WD40 ne pourra pas faire de mal.
14- On trouve ensuite de bas en haut : un premier joint SPI ( dimensions 60-95-10 ) . Pour l'extraire : le percer et l'arracher avec un fil de fer, puis un autre joint SPI de même dimension, monté tête bêche avec le premier, pour le sortir même procédé mais attention, dessous il y a 2 circlips et des rondelles métalliques de calage à ne pas abimer. Enlever les 2 circlips et les rondelles.
15- Le plus coriace en l'absence de toute documentation ou renseignement : extraire l'axe creux et ses roulements....L'arbre creux ne peut pas sortir vers le bas, à cause de la partie excentrée pour la manille d'amure, j'ai donc pensé que l'axe creux devait sortir par le haut et j'ai utilisé une presse artisanale faite avec un vieux cric hydraulique....sans résultat rien ne bougeait. J'ai décidé de couper l'axe creux en deux au niveau de la rondelle PVC censée protéger le joint SPI supérieur.....Ce n'est sans doute pas la methode officielle mais sans info et tout étant grippé, il fallait trouver une solution... Ainsi fut fait ! et j'ai ensuite poussé avec ma presse pour faire sortir par le bas, et c'est venu !! On peut également couper le logement de la manille et bien arrondir la coupure puis utiliser la presse pour sortir l'arbre creux vers le bas, on peut ainsi sauver la rondelle PVC et entreprendre la poussée...Ensuite il faudra imaginer et faire un brelage pour tenir la manille d'amure.
La bonne solution si on en a la possibilité est de disposer d'un arrache roulement (en vente chez Facom) qui permettra de sortir les roulements un par un sans etre obligé de couper l'arbre creux....
17- On trouve donc en haut sous la rondelle en PVC qui s'est cassée dans l'affaire, un joint SPI 60-75-8, puis un roulement même pas étanche ref : 61812 dimensions 60-78-10, un circlips, puis un pignon en bronze (actionné par la vis sans fin) assemblé par 2 clavettes longitudinales, puis un circlips, un roulement même pas étanche ref SKF 6012 (le mien avait sa cagee extérieure cassée...), ensuite il y avait les rondelles de calages et un autre circlips tout ça étant déjà déposé ( voir en 15 ). On nettoie le tout abondamment. Evidemment j'ai remis des roulements étanches.
REMONTAGE, Il se fait à l'envers, si on a la chance de pouvoir chasser l'axe creux sans le couper, sinon, j'ai trouvé un vieux bout d'arbre en bronze dans lequel, le petit mécano, qui avait aussi un tour, antidiluvien comme sa vieille fraiseuse, m'a usiné une copie de l'arbre creux, pour un prix trés trés raisonnable et j'ai remonté ma mécanique....On bourre de graisse à roulements de bonne qualité.
    Si on ne dispose pas d'un bout d'arbre en bronze pour refaire l'arbre creux en alu, on peut envisager un manchonage des 2 parties coupées et une soudure TIG, attention ce manchonage doit pouvoir laisser passer l'étai et sa terminaison.....et permettre le repositionnement du premier tube de l'enrouleur, celui qui est tenu par 3 vis BTR à téton.
18- Il faut ensuite réassembler les deux parties, mettre du mastic/joint SIKA sur la portée de joint (pas de silicone si vous voulez peindre), revisser...Si vous avez trouvé une fissure, réparez la avant remontage par application de métal synthétique....
19- Pour la peinture, poncer tout l'ancien revetement s'il y en a encore, dérocher l'alu à l'acide phosphorique, on trouve aussi chez les Ships du dérocheur...en faisant attention à ne pas faire pénétrer de produits sous les joints SPI, puis Etch-primer, Interprotect et peinture de préférence bi composant couleur au choix !!!. On peut aussi peindre avant remontage, je ne l'ai pas fait car vu les conditions de travail, je craignais d'abimer une nouvelle peinture...mais ce serait sans doute préférable.
 
Coût de l'opération :A titre indicatif et en Janvier 2012, le prix de l'ensemble des roulements et des joints SPI necesssaire à la remise en état valait la somme de 120 euros environ.......plus une cartouche de bonne graisse à roulements. Je conseille de changer sytématiquement tous les roulements y compris ceux du moteur pour éviter un redémontage ultérieur...A ce propos une autre précaution consisterai à remplacer la vis BTR inférieure qui maintient les deux parties du carter par une vis tete H plus facile à saisir, ceci pourrait permettre un démontage de la partie arriere du carter, pour avoir accés au moteur et au renvoi d'angle sans tomber le génois et sans déposer l'enrouleur (voir photos)
A votre dipsosition pour tout renseignement
Maritimement votre,

 

Offline
AMPHITRITE MS 45
Forum member
answer no 197300

Tres interessant;mais quel age et quel utilisation ?
Je cherche des retours d'expérence sur les enrouleurs élect.
Merci par avance.
bon vent.
Marc

Offline
FAST
Forum member
answer no 197304

Bonjour, mon enrouleur a été acheté neuf en 2003 ou quelque chose comme ça.
Il est utilisé  environ 6 mois par an, et de façon trés relax, nous (ma femme et moi) ne sommes pas des bouffeurs de miles et on tire pas plus que de raison sur la bête !!
Il a présenté à partir de la 3eme année des signes importants de dégradation extérieure, le revêtemnt utilisé s'écaillant par plaques, et ce  n'a f&it qu'empirer bien sur. Mais tant qu'il ne s'agissait que de l'extérieur ce n'était pas grave en soi.
Il a brusquement et sans préavis laché cette année, roulements non étanches.....suite sans doute au défaut d'étanchéité du joint spi supérieur....
Pour réparer, le fabriquant, impose un retour en atelier, l'engin pese 17kg, même en colissimo depuis les Antilles ça fait cher avant même d'avoir un devis....et il faut le faire revenir....
J'ai préféré tenter le coup, ce ne fut pas facile sans aucune info du fabricant....
L'honnétété me pousse à préciser que malgré un certain nombre de défauts conceptuels, commerciaux et de SAV, ce matériel est trés puissant comme enrouleur. il nous a toujours donné satisfaction sur ce point.
Bien cordialement
JC MERLE

Offline
Forum member
answer no 197921

Ou peut on trouver le moteur de l'enrouleur ???
Merci
Bastide

Jme
Offline
JEANNNEAU SUN ODYSSEY 49 (Monocoque)
Forum member
answer no 291391

Merci pour cette super description. Auriez vous encore les photos du demontage.

Cordialement

 

Offline
Forum member
answer no 291731

Merle, merci pour vos informations. 

Elles m'ont permis de démonter enfin mon enrouleur, model ED52 (plus ancien) dont je ne trouvais aucune info sur le net.... Le mécanisme est semblable du coup j'ai pu m'en inspirer et forcer là où je n'osais pas....

Je ferai des photos et un descriptif du remontage a suivre dans l'autre sens ... Pour compléter vos données très utiles sur la maintenance visse  interne des Profurl électrique...

 

Bien a vous 

Le site de la Grande Croisière...