Qu'en penser?

1304 lectures / 2 posts / 0 new
Anonyme (not verified)
Qu'en penser?
subject no 78837
Une histoire sans commentaire Ce mercredi-là, 30 août 2000, nous étions en traversée Corse-Continent sur notre voilier. Il est 0845 heures. La mer est calme. Nous nous trouvons à une trentaine de milles de notre destination, le Golfe de St.Tropez. A environ 2 milles sur notre tribord, nous apercevons une embarcation, immobile, sans erre. Nous nous en approchons et constatons qu'il s'agit d'un bateau à moteur de type "Rocca", immatriculé CN 44 38 61. Il est en bon état, il n'y a personne à bord et le panneau d'entrée est fermé à clé. A la proue, une amarre attachée à un corps mort qui lui pend à quelques mètres dans l'eau. J'en avise le Crossmed qui précise que c'est à nous de décider si nous voulons le prendre en remorque ou non, et de les en informer. La météo annonce un grand frais avec rafales sous orage sur la Côte Varoise. Laisser un bateau à la dérive serait un vrai danger pour la navigation, aussi décidons-nous de le remorquer tant que l'état de la mer le permet. Nous en informons le Crossmed. Le corps mort est coulé car trop lourd à hisser à bord. A l'horizon, le ciel devient menaçant, le vent d'Est se lève. Nous décidons de changer notre cap et faisons route sur les Iles d'Hyères. La mer devient agitée, mais si nous laissons le bateau dériver à quelques milles des Iles - où nous arrivons 8 heures plus tard - il dériverait rapidement pour s'échouer…Nous informons le Crossmed de notre nouvelle destination, Port Cros. A Port Cros, quelqu'un de la capitainerie (qui était déjà au courant de notre arrivée grâce au Cross), vient nous aider à amarrer le bateau remorqué, à quai. On me dit que le propriétaire a pu être contacté et qu'il viendra chercher son bateau; à nous de nous arranger avec lui. Je laisse mes coordonnées, nous restons amarrés à une bouée pour la nuit. Le lendemain, tôt le matin, je sors par hasard dans le cockpit et quelle ne fut pas ma surprise lorsque je vois passer à côté de nous le bateau trouvé, avec une vitesse de 10-15 noeuds, (5 nœuds max. permis…).A bord 2 jeunes individus. Ils accélèrent, ralentissent, semblent s'amuser follement, disparaissent derrière l'Ile de Bagaud, réapparaissent, tournent plusieures fois pour disparaître pour de bon. Intriguée j'en avertis la capitainerie: le bateau aurait-il été volé? Mais non! "Le propriétaire vient justement de le récupérer", me dit-on, sans toutefois me donner son adresse.. A ce jour, nous n'avons toujours pas de nouvelles de l'heureux " propriétaire. Un simple merci nous aurait fait plaisir! Erica Humbert-Droz PS: Après de longues recherches et échanges de mail via le net, un ami (?) du CROSS MED - qui eux ne voulaient pas me contacter directement - m'a finalement fait parvenir l'adresse du propriétaire. Seulement, il n'y a personne à cette adresse!
Offline
FIREBALL
Membre cotisant
Administrator since 1998
answer no 69320

J'en pense que vous avez droit à une indemnité de
sauvetage et d'assistance, qui sera déterminée par le
Tribunal, à proportion des risques que vous avez
encourru et du service rendu.

Vous n'avez pas besoin de connaître l'adresse du
propriétaire. Il vous suffit de l'immatriculation du
navire.

Au titre de l'indemnisation, le maximum étant de 50% de
la valeur du navire, et sachant que vous vous êtes
dérouté sur Port-Cros, une indemnisation comprise entre
5% et 10% de la valeur vénale du navire aurait été une
juste rémunération.

Cordialement

www.ddbd.com/Assistance.html

Le site de la Grande Croisière...