Vos bateau sont en vente pendant des années...

2357 lectures / 28 posts / 0 new
Offline
Forum member
Vos bateau sont en vente pendant des années...
subject no 87468
Amis vendeurs,

Ne pensez vous pas surévaluer vos unités puisque vous ne trouvez pas d'acheteur?

Cordialement.
HOOD 38 (Monocoque)
Forum member
answer no 124121

bonjour

sans parler des bateaux qui ne sont mêmes pas à vendre et tombent en ruine !
Il y a ainsi un 12 m à Carentan couvert de moisi, le taus de grand voile part en lambaux et on ne distingue même plus la couleur de la bade UV du génois ...
j'ai aussi visité un sun legend qui n'avait pas bougé depuis trois ans, couvert de moules (mais au sec six mois par an disait l'annonce...) et qui vu le prix demandé risque de rester encore longtemps inactif ...)
mais il y a aussi actuellement des bateaux très bien équipés et entretenus à des prix raisonnables : le mien par exemple ! <]:o)
MAis bon pour l'instant je ne l'ai mis en vente qu'ici, c'est un peu court !

Hubert, de Cherbourg

Offline
Forum member
answer no 124322
hubert, de Cherbourg a écrit :
bonjour

sans parler des bateaux qui ne sont mêmes pas à vendre et tombent en ruine !
Il y a ainsi un 12 m à Carentan couvert de moisi, le taus de grand voile part en lambaux et on ne distingue même plus la couleur de la bade UV du génois ...
j'ai aussi visité un sun legend qui n'avait pas bougé depuis trois ans, couvert de moules (mais au sec six mois par an disait l'annonce...) et qui vu le prix demandé risque de rester encore longtemps inactif ...)
mais il y a aussi actuellement des bateaux très bien équipés et entretenus à des prix raisonnables : le mien par exemple ! <]:o)
MAis bon pour l'instant je ne l'ai mis en vente qu'ici, c'est un peu court !

Hubert, de Cherbourg

 bonjour,
justement, je me posais la question des voiliers "abandonnés" dans les ports ou aux bouées dans les ports . Y a t-il un moyen de savoir s'il sont réellement abandonnés ou s'ils sont à la vente ?

Offline
KETCH
Forum member
answer no 124327

La seule solution, c'est de contacter le bureau du port pour avoir les coordonnées du propriétaire.
S'il veut bien les donner, ce qu'on m'a refusé une fois.

Dans ce cas, il y aurait la solution affaires maritimes en leur donnant le nom et la zone d'immatriculation
du bateau concerné, mais je ne sais absolument pas si ce genre d'infos est donné par les affaires maritimes.
A priori, j'aurais tendance à croire que non.
Mais qui tente rien n'a rien. 

Offline
VOILIER
Forum member
answer no 124586

il suffit de faire un courrier pour le proprietaire,le timbrer et la capitainerie peut si elle veut mettre l'adresse et poster cette lettre
ils n'ont pas le droit de vous donner l'adresse ,mais ils peuvent vous poster le courrier s'ils le desirent

Offline
Forum member
answer no 124587

Ce n'est pas le sujet mais bon...

Offline
VOILIER
Forum member
answer no 124589

bonjour a tous et bien pour répondre au sujet,les bateaux qui ont eu du mal a partir sont pour la plupart des bateaux sur
évalués ,il n'était pas rare de trouver des unitées anciennes a des prix relativement proche du neuf
2em point les places dans les ports sont devenues tellement innaccesible que les plaisanciers voulant uniquement changer de bateau et garder leurs emplacements se sont trouvé avec un bateau presque invendable
étant donné que l'acheteur souhaite une place pour son bateau
3em il faut tout de meme ne pas oublier que la conjoncture actuele n'est pas tellement propice ,d'autant plus que la plaisance
a maintenant un coups financier de plus en plus lourd
donc voici en gros selon moi purquoi les bateaux ont du mal a trouver leurs futurs capitaines

Offline
GIN FIZZ
Forum member
answer no 124738

C'est vrai que les prix des voiliers d'occasions flirtent avec ceux du neuf.D'une part,il sont sur-cotés de 20à 30%,d'autre part,le prix des bateaux neufs ont baissé et vont encore baissé pour cause du crac de la mondialisation;d'autant ou presque.Baisse du prix de l'occasion + baisse du prix du neuf=0 de + ou de -
Il serait judicieux de "profiter" du marasme actuel pour s'offrir un voilier flambant neuf.
                                                                                                                                       Bonne année,bons vents.

Anonyme (not verified)
answer no 124745

Bonjour

Certains bateaux sont surévalués et d'autre même bradés ne se vendent pas pour autant. Il y non seulement pénurie d'emplacement mais aussi la crainte du lendemain. Il faudra sans doute attendre 1 voir 2 ans avant de retrouver la confiance d'avant la crise. Entretemps des chantiers vont déposer le bilan comme Dehler et Etap actuellement en cessation de paiement.
De mémoire je peux dire que çà toujours été comme cela, on passe par des périodes ou le bateau est délaissé et puis çà repart de plus belle. Il faut attendre que çà reparte.

Amicalement

Offline
SUN LEGEND 41
Forum member
answer no 124873

>bonjour à toutes et à tous,
>tout à fait d'accord avec vos analyses. les bateaux d'occasion, au vu, de la conjoncture actuelle sont surévalués. nous sommes en pleine recherche et quand on visite un bateau , que l'on fait une proposition entre 10 et 15 % en dessou, le vendeur refuse. c'est son droit le plus stricte !!  mais là ou je ne comprend pas, c'est qu'il est tres souvent dans une position d'attente pour acquerir un nouveau bateau, et de ce fait va lui aussi faire des propositions revues à la baisse !!!! on ne peu pas gagner sur tous les tableaux....
>je vous invite à lire l'article paru dans "voiles et voiliers" de janvier 2009, page 101, sur le bilan du "mille sabords 2008",qui dit pour résumer;
   - "les professionnels ont parfaitement analysé le marché,en revanche, les particuliers ont davantage de difficultés à adapter leur prix au contexte économique......"

Offline
Forum member
answer no 124878

Bonjour,

 "les professionnels ont parfaitement analysé le marché,en revanche, les particuliers ont davantage de difficultés à adapter leur prix au contexte économique......"  : les professionnels, leur travail  c'est d'analyser le marché, de vendre des bateaux et ils le font sûrement très bien.  Mais le particulier qui a un bateau à vendre et qui ne trouve pas un acquéreur au prix souhaité peut se dire : "Après tout, j'ai un voilier que je connais ... il ne se vend pas ?... tant pis. J'ai au moins un bateau, je continue à naviguer". N'est-ce pas là l'essentiel ?

Ce sera mon cas l'an prochain : mon bateau sera à vendre. Je fixerai un prix qui sera négociable en fonction de certains paramètres mais je me fixerai une limite qui ne sera pas "fonction du marché" mais du budget qui me permettra de continuer à naviguer selon mes envies. Si je ne trouve pas d'acquéreur pour mon vieux bateau, je le garde et vogue la galère. Je ferai donc peut être parti de ces plaisanciers qui "bloquent le marché".

Bonne nav à tous

HOOD 38 (Monocoque)
Forum member
answer no 124879

bonjour

le marché de l'occasion est difficile à cerner : en première approche on est tenté de comparer les prix c'est tout. Or sur le marché beaucoup de bateaux ont plus de 20 ans et on devrait trouver des écarts de prix du simple au double entre le bateau dans son jus avec presque tout d'origine et le bateau où voiles, gréement électronique moteur ... sont récents et osmose traitée et pas seulement "préventivement"
Il semble raisonnable de partir de l'argus brut et d'ajouter la moitié des frais faits depuis moins de trois ou quatre ans.
D'ailleurs, même en dehors des temps de crise j'ai toujours vendu mes bateaux en fournissant le prix courant des "mises à jour" et quand l'acheteur prend sa calculette il se décide rapidement !
Dernier point : souvent le vendeur particulier peut parfaitement continuer à se contenter de son bateau actuel s'il l'a bien entretenu : pourquoi le brader pour "le mètre de plus" qui bien souvent va exiger beaucoup de travail et de sous pour être remisi au niveau.
Hubert, de Cherbourg

Offline
OM33
Forum member
answer no 124883

Les Américains sont plus pragmatiques: lorsque le marché baisse, les prix baissent vite pour maintenir le mouvement. Si vous vendez moins cher, vous achetez aussi moins cher... Il faut que ça tourne, ce sont les champions de la conso, les maîtres en la matière. Nous mettons trop d'affectif dans nos bassines en plastoc. La crise aura comme effet de nettoyer le marché de tous ces rogatons qui sont obsolètes mais increvables. Mon intervention est volontairement provocatrice: j'entends déjà les huées de ceux qui croient posséder un trésor dont la valeur intrinsèque comme résiduelle est surestimée. Et puis surtout, un bateau est fait pour naviguer, regardez simplement le temps moyen de sortie de chacun d'entre eux... On a rempli les marinas défigurantes de "m'as-tu-vu" inutilisés. La crise m'apporte une sorte d'espoir.

Offline
SUN LEGEND 41
Forum member
answer no 124891

>re-bonjour,
>effectivement nous serons vendeurs à un moment donné (pour nous c'est déja fait), mais comme l'a dit "nandi",on vend moins cher mais on achete moins cher également. normalement tout le monde s'y retrouve. il y a des bateaux, recherchés certe, mais dont les prix ce sont envolés à une époque. pourquoi ? sans doute parce que ce son de bons bateaux , mais aussi parce que les acheteurs ont investi malgré des prix prohibitifs !!
>quand je parle de proposition en dessou du prix demandé, c'est effectivement apres avoir vu le bateau et en aucun cas du 40 % !!!
>je ne pense pas qu'un bateau qui cotait 100 000 en 2007 puisse faire l'objet d'une proposition à 60 000 en 2009.
>pour rester dans les classiques, quand on est vendeur "on est pas pressé et si on ne vend pas, eh bien tant pis" et quand on est acheteur "on est pas pressé non plus et si on ne trouve pas, eh bien on attendra le nombre de saisons qu'il faudra pour trouver le bateau de ses reves".
>chacun sachant tres bien au fond de lui même que ce n' est pas tout à fait vrai !
>cordialement
>j-l 22 

Offline
Forum member
answer no 124895
Mido a écrit :
Bonjour,

 "les professionnels ont parfaitement analysé le marché,en revanche, les particuliers ont davantage de difficultés à adapter leur prix au contexte économique......"  : les professionnels, leur travail  c'est d'analyser le marché, de vendre des bateaux et ils le font sûrement très bien.  Mais le particulier qui a un bateau à vendre et qui ne trouve pas un acquéreur au prix souhaité peut se dire : "Après tout, j'ai un voilier que je connais ... il ne se vend pas ?... tant pis. J'ai au moins un bateau, je continue à naviguer". N'est-ce pas là l'essentiel ?

Ce sera mon cas l'an prochain : mon bateau sera à vendre. Je fixerai un prix qui sera négociable en fonction de certains paramètres mais je me fixerai une limite qui ne sera pas "fonction du marché" mais du budget qui me permettra de continuer à naviguer selon mes envies. Si je ne trouve pas d'acquéreur pour mon vieux bateau, je le garde et vogue la galère. Je ferai donc peut être parti de ces plaisanciers qui "bloquent le marché".

Bonne nav à tous

 ....et c est ton droit après tout...Mais dans ce cas, pourquoi mettre ton bateau en vente et polluer encore plus le marché des annonces bidons?

J'ai un peu de mal à saisir votre logique...

Offline
MOODY 376
Forum member
answer no 124931

le marché...je pense, dans mon cas, que c'est plus la morosité ambiante qu'autre chose. J'ai le mien en vente, à je pense un prix plus que raisonnable, mais le probleme n'est pas le prix, c'est le silence...En fait tres peu de reponses, donc je penche plutot du coté du marché morose - et de quoi sera fait demain - que des € à proprement parlé. Heureusement que je ne suis pas pressé et n'ai pas besoin des € pour acheter le suivant. Je vais laisser passer....et louer ? ça paiera le port !!! RS 

Offline
MOODY 376
Forum member
answer no 125099

Je maintiens ce que j'ai dit..."preuve à l'appui".
1 seul visiteur au bout de 2 mois, un bon ration qualité/prix, le bateau est vendu du premier coup sans marchander. 
Ce n'est pas la surevaluation mais bien le marché.
RS 

Offline
GINFIZZ
Forum member
answer no 125120
Nicobuch a écrit :

Mido a écrit :
Bonjour,

 "les professionnels ont parfaitement analysé le marché,en revanche, les particuliers ont davantage de difficultés à adapter leur prix au contexte économique......"  : les professionnels, leur travail  c'est d'analyser le marché, de vendre des bateaux et ils le font sûrement très bien.  Mais le particulier qui a un bateau à vendre et qui ne trouve pas un acquéreur au prix souhaité peut se dire : "Après tout, j'ai un voilier que je connais ... il ne se vend pas ?... tant pis. J'ai au moins un bateau, je continue à naviguer". N'est-ce pas là l'essentiel ?

Ce sera mon cas l'an prochain : mon bateau sera à vendre. Je fixerai un prix qui sera négociable en fonction de certains paramètres mais je me fixerai une limite qui ne sera pas "fonction du marché" mais du budget qui me permettra de continuer à naviguer selon mes envies. Si je ne trouve pas d'acquéreur pour mon vieux bateau, je le garde et vogue la galère. Je ferai donc peut être parti de ces plaisanciers qui "bloquent le marché".

Bonne nav à tous

 ....et c est ton droit après tout...Mais dans ce cas, pourquoi mettre ton bateau en vente et polluer encore plus le marché des annonces bidons?

J'ai un peu de mal à saisir votre logique...

 

Il y a du vrai dans tout ce qui est dit sauf pour le prix entre un bateau de 11m de plus de 20 ans et le même en neuf; je navigue sur mon vieux Gin Fizz pour moi , et sur d'autres bassines trés récentes en pro, et franchement, on peut se poser la question de la décote de ces dernières dans ...10 ans. Certes plus volumineux, ils sont faits pour répondre à la demande de sortie de la plupart, c'ad... quelques semaines par an au plus, avec des panneaux intérieurs en plaqué style cuisine pas chère montés sur 2 charnières ridicules, des bailles à mouillages rapportées qui fuient, des jupes qui tapent au mouilage, tout les volumes de rangements "bouffés" par des réservoirs d'eau énormes pour répondre aux habitudes citadines... Bref en terme de qualité de construction, solidité, voyage, je n'échangerai pas pour un Cycl... ou autre Harm...; par contre ceux-là sont des matuvus trés correct dans une marina..!

Et si je compare le prix d'un SO37 de 2003 par exemple, avec mon GFizz 37 d'occase, j'ai pas vraiment l'impression d'être cher. Donc, je vends pour... 70cm de moins, mais avec un prix plancher, je suis pas pressé car je navigue 4 mois mini dessus et j'hiverne à sec, ce qui me dispense de filer du pognon pour rien à une marina qui comme dit plus haut, fait son beurre quand on est pas dans la place; ce qui n'est pas le même point de vue si on ne sort qu' un mois dans l'année évidemment, où qu'on veut profiter tout les WE. Quand l'acheteur réfléchi se présentera, je pourrais vendre, en attendant, bon vent!

Anonyme (not verified)
answer no 125222

Bonjour

Pour revenir à ce sujet de surévaluation, je crois que lorsque l'on vend son bateau c'est soit pour en acheter un autre soit parcequ'on a décidé d'abandonner cette activité définitivement. La situation n'est pas la même dans les deux cas. Dans le premier cas, si on doit racheter un bateau, on doit  rajouter en général 40 à 50 mille euros, ce qui fait que l'on hésitera à descendre le prix du sien. Et comme  rien ne presse puisque si  on ne vends pas cela ne nous empêchera pas de naviguer l'année suivante alors pourquoi baisser le prix.
Dans le second cas souvent les vendeurs préfèrent perdre un peu plus sur la vente et se débarrasser rapidement des frais inhérants à l'entretien et à l'emplacement du bateau.
Personnellement ,j'observe souvent le marché du bateau et je ne peux pas dire qu'actuellement la crise fait baisser les prix. Les bateaux de bonne fabrication se vendent toujours aussi cher et globalement les prix du marché de l'occasion est assez stable. On ne peut pas dire que dans une catégorie de bateau à vendre il y ait des variations trés importantes de prix entre le moins cher et le plus cher. Ce qui manque ce sont des acheteurs et d'ailleurs si le bateau neuf ne se vend pas c'est en grandre partie parceque l'occasion ne se vend pas, et la raison elle est plus dans la confiance qu'ont les Français dans l'avenir que dans le fait que les bateaux soient surévalués. Je crains que cette situation perdure encore 1 ou 2 ans

Cordialement

Offline
OM33
Forum member
answer no 125238

Bonsoir,
Ce raisonnement se tient bien sûr mais je pense que si les prix étaient divisés par deux (supposition fantaisiste!), les échanges repartiraient. Par la nécessité, ceux qui doivent vendre, devront bien y venir, hélas pour eux.

Offline
HERMINE 36
Forum member
answer no 125271
Nandi a écrit :
Bonsoir,
Ce raisonnement se tient bien sûr mais je pense que si les prix étaient divisés par deux (supposition fantaisiste!), les échanges repartiraient. Par la nécessité, ceux qui doivent vendre, devront bien y venir, hélas pour eux.

 Bien sûr, c'est évident. En économie ça s'appelle "l'élasticité au prix".

Personnellement, si je tombe sur une excellente affaire, j'achète. Sinon je reste avec mon bateau. C'est l'autre versant du même raisonnement !

Offline
ECUME DE MER
Forum member
answer no 125300

Je pense que c'est en fait le marché qui est morose, comme dans tous les domaines en ce moment.
La surévaluation des bateaux à vendre est effectivement une autre cause importante de mévente. Mais, peut on en vouloir au propriétaire qui a investi pour entretenir et améliorer son bateau de chercher à récupérer une partie de sa mise?
Mon bateau n'est pas à vendre, mais je me rends compte que, depuis son achat, j'ai largement investi dessus et que son prix de revient a presque double, je pense (il faudrait que je fasse les totaux des colonnes appropriées de mes dépenses annuelles).
Alors, si je devais changer, je devrais nécessairement lâcher du lest et faire une croix sur une bonne partie des coûts d'amélioration pour recommencer avec un canote qui devrait, à son tour, bénéficier de cette coûteuse sollicitude.
Alors, je le garde!
Certains ont évoqué le problème de la vente avec ou sans une place de port.
Sauf pour les "propriétaires" d'une place amodiée dans une marina de gestion privée (sans doute relativement fréquente en Méditerranée), nous bénéficions d'un droit d'amarrage jamais cessible. D'autre part, celui qui vend son bateau a besoin de sa place pour le suivant.
Donc le problème de la place se pose, à mon avis, uniquement pour le primo accédant comme on dit dans l'immobilier. Je crains fort que "le bateau avec place" ne soit qu'une douce illusion temporaire résultant d'une combine occulte ou de l'oubli de déclarer au port que le bateau a changé de propriétaire, ce qui ne peut durer qu'un temps!

Offline
GINFIZZ
Forum member
answer no 125884
Nandi a écrit :
Bonsoir,
Ce raisonnement se tient bien sûr mais je pense que si les prix étaient divisés par deux (supposition fantaisiste!), les échanges repartiraient. Par la nécessité, ceux qui doivent vendre, devront bien y venir, hélas pour eux.

 

Divisés par deux... Rien que ça. Vous oubliez un truc, il me semble. C qu'un bateau, ce n'est pas une voiture, un truc nécessaire de nos jours. Tiens! Dites moi que le prix des bagnoles est trop élevé, les neuves surtout... Mais un voilier, un navire à voile, sur lequel tu peux t'échapper, rêver, te prendre pour Robinson, ou un coureur au large, entendre le gargouillis de l'eau sur la coque, regarder les étoiles avec les seuls sons de la mer, du vent, et de ton voilier, un truc parfaitement inutile, à part tout ça et bien d'autres choses (et même les galères, quand elles se terminent bien..), donc un voilier mon gars, à moins d'être obligé de le vendre, jamais tu le brades en dessous d'un certain seuil, celui du rêve confronté à une certaine réalité, celle du marché, certes. Mais aussi au faît que tu as toujours un rigolo qui n'a pas ce que tu as et qui le voudrait pour trois fois rien, marché oblige, qu'il disait... Je ris, en attendant, il reste sur le quai ou apprends à naviguer sur le bateau des autres, ce qui est un trés bon début, et bosse pour faire quelques économies et cultiver son rêve. L'adage dit qu'on a pas rien sans rien.

Offline
OM33
Forum member
answer no 125923

Bonsoir,
Je suis sincèrement désolé que mes propos aient pu vous indigner à ce point. Ce n'était pas mon but et je vous prie de bien vouloir m'en excuser...

Offline
TRISMUS 33 ALUMINIUM
Forum member
answer no 125931
Jmfred a écrit :
Nandi a écrit :
Bonsoir,
Ce raisonnement se tient bien sûr mais je pense que si les prix étaient divisés par deux (supposition fantaisiste!), les échanges repartiraient. Par la nécessité, ceux qui doivent vendre, devront bien y venir, hélas pour eux.

  Divisés par deux... Rien que ça. Vous oubliez un truc, il me semble. C qu'un bateau, ce n'est pas une voiture, un truc nécessaire de nos jours. Tiens! Dites moi que le prix des bagnoles est trop élevé, les neuves surtout... Mais un voilier, un navire à voile, sur lequel tu peux t'échapper, rêver, te prendre pour Robinson, ou un coureur au large, entendre le gargouillis de l'eau sur la coque, regarder les étoiles avec les seuls sons de la mer, du vent, et de ton voilier, un truc parfaitement inutile, à part tout ça et bien d'autres choses (et même les galères, quand elles se terminent bien..), donc un voilier mon gars, à moins d'être obligé de le vendre, jamais tu le brades en dessous d'un certain seuil, celui du rêve confronté à une certaine réalité, celle du marché, certes. Mais aussi au faît que tu as toujours un rigolo qui n'a pas ce que tu as et qui le voudrait pour trois fois rien, marché oblige, qu'il disait... Je ris, en attendant, il reste sur le quai ou apprends à naviguer sur le bateau des autres, ce qui est un trés bon début, et bosse pour faire quelques économies et cultiver son rêve. L'adage dit qu'on a pas rien sans rien.

 J'aime bien la révolte de Jm fred!

Offline
GINFIZZ
Forum member
answer no 125933

Bonjour, merci Bleo, c'est tellement pas banal de profiter d'un voilier, de sa propulsion "gratuite"...
Ne t'inquiètes pas Nandi, ce n'est pas contre toi.
Je pense aussi comme Ecumeur que la période n'est pas propice à la vente, et que ceux qui doivent vendre sont ou seront prêt à négocier les prix ; si je reprends l'exemple des voitures, c'est clair; même ce truc symbole de nos sociétés, ça se vends plus, tellement on nous prends pour des portes monnaies; alors les voiliers. Je préfère mettre mon argent dans mon voilier que dans une voiture, c'est mon choix.

Offline
FEELING 446
Forum member
answer no 127552

Il me semble naïvement qu'il n'est pas tout à fait raisonnable de comparer un bateau à une voiture mais pultot à une maison. La valeur d'un bien est très subjective presque affective, alors chacun à un prix différent, mais la valeur d'un bien est aussi fonction de sa longévité, et en cela bien plus proche d'un bien immobilier que d'une voiture qui, même bien entretenue sera à jetter au bout de 6 ou 7 ans. Il est clair que nous entretenons avec nos bateaux des relations affectives et qu'il est difficile de s'entendre dire par un gars qui l'a visité que sa valeur est faible. Nous avons tous été déchiré par une vente de bateau. Par contre, on ne peut pas comparer à mon sens les bateaux neufs et les bateaux anciens. Les procédés de fabrication ont bien changés, les matériaux aussi. Je possède un feeling 446 de 93, la belle époque kirié. Ce bateau a une valeur vénale identique à un bavaria 39.  Pour naviguer dans le glofe de gascogne, connu pour ses bons coups de sang, il y a un bateau avec lequel je préfère partir : devinez lequel ?

Offline
Forum member
answer no 131627

Bonjour,

Pour l'Europe, voir le site "Eurobateaux", rubrique "cote de l'occasion".
Lien : http://www.eurobateaux.com/index.asp

L'écart est certes important pour certains bateaux mais l'écart moyen semble raisonnable.

Cordialement

Le site de la Grande Croisière...