3ème ris sur prise de ris automatique

4145 lectures / 9 posts / 0 new
Offline
Forum member
3ème ris sur prise de ris automatique
subject no 88222
Sujet déja abordé : mais les réponses ne semblent pas univoque.
Merci d'évoquer la technique que vous avez adopté pour la prise de 3ème ris.
La méthode de prise de ris automatiqe semble rédhibitoire pour le 3ème ris du fait de la longueur de la bosse.
Critères privilégiés dans la discussion avantages/inconvénients : sécurité, confort, équipage réduit.<
Offline
SUN ODISSEY 33
Membre actif
Active member since 2003
answer no 128080

oui, il ya vraiment tous les points de vue su ce sujet de la prise de ris.
perso je confirme: pas de ris automtique (j'aime les pates, pas les nouilles (;->) mais tout, drisse de GV comprise, est renvoye en pied de mat au lieu du cockpit, ce qui evite les aller retour multiples.
Evidemment ca depend des habitudes de nav. a deux (operationnels) mon systeme me semble parfait (pour mes gouts tout au moins). seul, ca depend de la qualite du pilote auto et je peux comprendre qu'on ait envie de rester dans le cockpit pour controler la barre si le pilote est fantasque.
je precise que je ne suis plus de premiere jeunesse (66) et donc que ma technque n'est pas physqiue, meme par gros temps

Offline
Bavaria 34 (Monocoque)
Membre cotisant
Registered member since 2008
answer no 128081

Je suis en solo la plupart du temps.
Mon projet : un système semi-automatique entièrement gérable du cockpit.
1-une bosse frappée sur l'oeil de ris du guindant, revenant au cockpit : donc une seule longueur 2/3 du mât environ.
2-un Velcro ou un bout avec tendeur autour de la bôme retenant l'oeil de ris de la chute à un pontet sur le rail de bôme.
La bosse est pour le moment frappée sur la têtière et me sert de drisse d'affalage, je lui garderai cet emploi dans la configuration finale.
Reste à tester le système, c'est en cours de réalisation.

Offline
OVNI 345
Forum member
answer no 128106
Bonjour,
J’ai un 3ème ris automatique, tout comme les 2 premiers. Je l’ai fait rajouter après la traversée directe est-ouest des Antilles en Bretagne. Depuis j’ai navigué par temps très variable avec du gros temps en équipage réduit et solo. Je pense qu’avoir les ris automatiques contribue à la sécurité. Le troisième surtout puisque si on doit le prendre c’est que le 2ème est déjà pris et que le vent est fort. La mer n’est pas plate à ce moment et c’est inutile d’aller jouer au pied du mât si ce n’est pas nécessaire. Les bouts sont plus facile à ranger dans à l'abrit près du piano qu'au pied du mât
Daniel

http://www.belougas.org

Offline
BAVARIA 42 CRUISER
Forum member
answer no 128114

Personnellement, je voulais pouvoir prendre et larguer le troisième ris, comme les 1er et 2ème, du cockpit. Mais il ne pouvait pas être automatique, car l"installation d'un troisième chariot dans la bôme Selden n'était pas possible. J'ai donc installé deux bosses séparées, l'une pour le guindant et l'autre pour la chute (passant en simple à l'intérieur de la bôme sur le troisième réa disponible), et renvoyées toutes les deux sur des poulies au pied du mat, puis  à tribord de la descente.

Le système est simple et fonctionne parfaitement. La quantité de "nouilles" dans le cockpit n'est pas plus importante car on élimine toute la longueur due au va-et-vient des ris automatiques. Il y a simplement un bloqueur de plus.

Il s'agissait de mon  précédent bateau dont la voile lattée full-baten était magnifique même réduite. Sur l'actuel, avec un mât à enrouleur, le problème ne se pose plus dans les mêmes termes, et il m'a fallu remplacer la vilaine voile Elvstroëm d'origine pour avoir un résultat acceptable. Mais c'est une autre histoire.

Dartag

Offline
MOODY 425 (Monocoque)
Forum member
answer no 128120

J'ai 4 ris, tout au pied de mat avec winches adhoc et balcons de mat; important les balcons de mat!
La seule emm. c'est que, de temps en temps, la bosse que t'étarque se prend dans les tringles du lazy bag (que j'ai la flemme d'abaisser); il me faut alors revenir arrnger ça avant de retourner au pied de mat.

Xavier & Ananda

Offline
Membre cotisant
Registered member since 2007
answer no 128133

Apparemment, chacun a son système et en est content. C'est parfait. Pour ma part, sur mon Coco, j'avais les bosses ramenées au cockpit, mais j'allais au pied du mât pour passer l'œillet dans le crochet. Pour éviter qu'il n'en sorte et que je sois obligé d'y retourner, j'avais installé sur le mât un bout de sandow avec une petite boucle qui bloquait l'œillet. Autre solution, plus élégante : une courte sangle passée dans l'œillet de ris du guindant, avec un anneau à chaque bout ; le vît-de-mulet est muni non pas de crocs mais de mousquetons, un de chaque côté, et une des boucles de la sangle est prise dans le mousqueton de son côté (ce qui permet d'avoir deux ris à poste). La plupart des Minis ont opté pour ce système.

Offline
Surprise (Monocoque)
Forum member
answer no 128141

lors d'un depart de transat, dans le premier jour avec une surprise meteo, une barre de fleche qui lache, des prises de ris en cata, un retour au port , et puis quoi?

installation de prise de ris avec retour cockpi ( 2 fois 1 poulie triple ) 1 pour le point d'ecoute 1 pour le point drisse, ne pas oublier par paresse de marquer les zones des ris pour etarquer.pendant deux ans j'en étais tres  content !

pour la longueur des bouts si il existe des retours il faut lover six bouts de plus ce n'est pas terrible

bon vent

Offline
OCEANIS 34 (Monocoque)
Membre cotisant
Registered member since 2005
answer no 128148

J'ai posé le 3ème ris automatique pour aller aux Acores et ne pas avoir a se promener sur le pont par mauvais temps. Je n'y vois que des avantages qui ont déjà été mentionnes plus haut. Il peut arriver que des bosses se coincent et comme d'habitude il ne faut donc pas "forcer" au winch si ça résiste.
Effectivement il y a pas mal de bout a lover et ranger correctement dans les sacs prévus a cet effet mais c'est de toute façon le cas avec un 3ème ris, qu'il soit automatique ou non
Bon Vent

Le site de la Grande Croisière...