Le prix de la victoire - Armel le Cleac'h - Ed Robert Laffont

Le prix de la victoire - Armel le Cleac'h - Ed Robert Laffont

Posté par : LIVRES DE MER
16 Décembre 2017 à 19h
751 vues
Flux-RSS

Présentation de l'éditeur :

« D’abord il y a eu la chute, interminable. Lorsque le navire s’est couché, le poste de barre se trouvait à quinze mètres au-dessus des vagues… L’impact de mon corps sur l’eau a provoqué en moi une explosion de mille étoiles qui s’est prolongée alors que je m’enfonçais dans des profondeurs obscures. Mes poumons étaient sur le point d’exploser à l’instant où, enfin, j’ai pu respirer. Dans la nuit, malgré mes yeux brûlés par l’eau de mer, j’ai entraperçu trois fuseaux blancs : mon bateau reposait à l’envers dans la houle. » 74 jours, 3 heures, 35 minutes et 46 secondes. C’est le temps qu’il a fallu à Armel Le Cléac’h pour boucler son troisième Vendée Globe. En accostant aux Sables-d’Olonne le 19 janvier 2017, le skippeur de 39 ans a battu de presque quatre jours le précédent record. Un exploit qui lui assure déjà une place de choix dans le panthéon de la voile française. Mais, rentré dans sa Bretagne natale, Le Cléac’h a aujourd’hui encore du mal à revenir sur terre. Vagues démentielles, bateau qui chavire, conditions de survie dantesques, tensions au sommet avec ses rivaux… il n’a rien oublié de la fureur du Vendée Globe. Dans le sillage de son succès, qui a mis fin à cette malédiction d’éternel second, c’est avant tout le parcours d’un homme qui se révèle ici, celui d’un marin qui se consacre corps et âme à sa passion, d’un vrai teigneux. Un « Chacal », comme on le surnomme dans le milieu… Né le 11 mai 1977 à Saint-Pol-de-Léon (Finistère), Armel Le Cléac’h devient skipper professionnel à l’âge de 22 ans. Après une série de records de traversées en solitaire, et à la suite de nombreuses participations au Vendée Globe, il finit par remporter l’édition 2016-2017.

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...