5 Colons à la Hune (1ère partie)

5 Colons à la Hune (1ère partie)

Posté par : Guy
05 Janvier 2018 à 16h
Dernière mise à jour 08 Janvier 2018 à 16h
406 vues
Flux-RSS

 

 

Pour notre première traversée de l'Atlantique à la voile, Martin ( mon fils), Jean-Philippe ( mon beau-frère) et moi-même, avions cherché un embarquement sur le bateau d'un skipper. Nous avons trouvé Jérôme, et son bateau ZEF, un Gib'sea 442 de 1991. Après avoir fait connaissance en Sardaigne cet été puis à Port Camargue en septembre, nous avons pris l'avion le 15 novembre pour Arecife ( sur Lanzarote-Canaries) où ZEF, son skipper Jérôme et sa compagne Ester nous attendaient depuis quelques jours. Après un avitaillement adapté aux goûts de chacun, nous avons appareillé le vendredi 17 novembre à 8h40 ( GMT)*

Voici le récit de cette aventure telle que je l'ai ressentie. Ce n'est pas un journal de bord, le vrai JDB étant sur le bateau et beaucoup plus détaillé ( heure par heure ) et factuel.

C'est plutôt un « CARNET DE ROUTE », illustré par des croquis faits sur place, donc un peu maladroits.

 

17/11 à 8h 40 UTC : larguez les amarres jusqu’à Porto Calero pour le plein de Gas oil. ( environ 10 milles). En effet, curieusement, il n'y a pas de pompe à carburant dans le port d'Arecife!

Vers 13 heures, nous partons « pour de bon » vers le sud ( Lanzarote est la plus Nord des Iles Canaries et nous choisissons de les contourner par le sud.

15 h : une belle troupe de dauphins nous accompagne entre Lanzarote et Fuerteventura. Ils sont très nombreux et très vifs. Certains sautent à trois mètres de haut !

18/11 : à 12 H30, une magnifique dorade coryphène mord à l'hameçon : 70 cm, elle nous fera plusieurs repas à 5 . C'est délicieux.

Nuit du 18 au 19 novembre : difficile, la mer nous secoue et nous ne sommes pas encore amarinés. En fait c'est surtout Jean Philippe et moi…donc, on mange, mais ça passe difficilement. Avec la gîte, je suis tombé trois fois de ma couchette. Grrrr...

19/11, 8 h: il nous reste 2549 milles pour la Guadeloupe, mais en ligne droite, ce qui ne sera pas le cas.. ! En tous cas, le mal de mer n'est pas parti..

20/11 : 8 h 2456 milles pour Guadeloupe..

Que d'eau, que d’eau…le soleil s'est levé à 7h30, je suis de quart depuis 6h, après mon quart de 22h/00h. Le vent est tombé. Nous faisons Cap au 200, presque sud, vers côtes Africaines. La mer s'est calmée, et je suis en forme, adieu mal de mer, c'est cool ! La bonne humeur revient et l’appétit aussi. L'ambiance à bord est bonne, malgré la promiscuité à 5 sur une toute petite surface, après 72 heures non stop. Nous sommes à 350 milles du départ.

Position : 025° 19,301 minutes Nord et 018° 34,047 minutes Ouest, en face du Sahara occidental.

Vers 11 H30, une troupe de globicéphales vient nous saluer. Ce sont de très gros dauphins avec un '’melon’ ’sur la tête. On les entendait communiquer entre eux par des petits cris.

18h 30 : coucher de soleil magnifique ( toutes les heures sont données en UTC ( ou GMT), c’est-à-dire l'heure du méridien de Greenwich.

21/11 : calme plat. Soleil, bonne nuit ( quart de minuit à 2h). 2401 milles pour la Guadeloupe ( en ligne droite…) vers 11h un souffle, nous sommes au moteur et voiles. On avance très lentement. Cap au 200. À 16 h, on coupe le moteur qui tournait depuis 33 heures, afin de le reposer . Donc musique, ça fait du bien aux oreilles, Coldplay aussi..

22/11 : quart de 02 h à 04h. Vent 12 nœuds, Cap au 230° , on s’éloigne vers le large. J'ai dormi dans la bannette du carré, car trop de gîte dans ma cabine, impossible de rester dans la couchette ! à 9 h, vent 10 nœuds, Nord ouest, mer belle, Cap au 220°. 2317 milles pour Guadeloupe.

Nous croisons des baleines, mais elles ne cherchent pas le contact et finissent par plonger ( il y a 3000 m de fond..) puis un globicéphale au 22° 21 290 N /21 01 700 W.

Vers 16 h, nous pêchons notre deuxième coryphène, un peu plus petite que la précédente. Mais, le soir venu, elle était dans notre assiette..

À 19 h, une dizaine de dauphins viennent jouer pendant un quart d’heure devant l’étrave du bateau, pour notre plus grand plaisir.( 22 04 N, 21 24 W), puis nous regardons un film sur le MacBook de Ester : la plus belle salle de cinéma, avec des milliards d’étoiles au dessus de la tête. !

23/11 : réveil à 9 h pour moi, après mon quart de 4h à 6h. Nuit calme, pas de vent.. moteur et direction les Îles du Cap Vert, ce qui n'est pas prévu, pour refaire du gas oil : on y arrivera dans 3 jours au moins.

À 10 H30, des dauphins passent devant nous sans s'arrêter. Position 21° 32,100’ N 22° 10,900 W.

À 17h 30, toujours pas de vent, un mer très calme et vallonnée par une très longue houle. Il y a des grains partout autour de nous et il se met à pleuvoir. En suite, c'est le calme plat, irréel si loin des côtes ( 300km). Nous décidons de nous baigner : l’eau est à 28 degrés et il y a 4500 m de fond : je n'ose imaginer ce qu'il y a en dessous ! 22 08,250 ' N, 22 19,670 W.

 

À 22h, c'est mon tour de quart.

24/11 : lever du soleil à 7h30, ciel très nuageux. Sommes à 2100 milles de Guadeloupe. Sur le pont , un poisson volant à atterri dans la nuit. Il est mort asphyxié. Ces poissons sont étonnants et ils volent vraiment. On en voit de plus en plus sur notre route au fur et à mesure que l'on approche du Cap Vert. Nous avançons en louvoyage, voile et moteur en appui, ce qui rallonge considérablement notre route. Vent faible et de face.

25/11: Sainte Catherine ! Nous sommes à 163 milles de Mindelo Cap vert. La mer est agitée par un petit clapot désagréable qui nous a secoué toute la nuit. À 9h30, quelques dauphins passent devant nous.

Position : 19 ° 14,5 ' N, 23 ° 44,1 W

Nous avons parcouru environ 1000 milles, soit la distance à vol d'oiseau entre Lille et Gibraltar, mais nous ne nous sommes pas vraiment dans la bonne direction. Vivement le Cap Vert, d’où nous pourrons ‘choper’’ les alizés …

À 11h 30, 6 dauphins viennent jouer avec nous pendant un quart d’heure.

26/11 : 8h30 lever, après le quart de 2 à 4 h cette nuit. Toujours pétole , moteur. Pour la première fois depuis 9 jours, nous apercevons la terre ( Ile de San Antao, Cap vert culmine à 1981 m) nous sommes encore à 110 milles et y arriverons ce soir vers 10h. Le but est de faire le plein, de GO et d'eau, et des courses de nourriture et boissons et de repartir le plus vite possible.

Nous y arriverons en effet de nuit et à 15 milles nous captons du réseau !! Mais vu le prix du méga et de la minute de téléphone, on va se restreindre et essayer de trouver de la wifi pour les fichiers météo. Nous retrouvons des tas de bateaux qui comme nous attendaient le vent, qui est enfin prévu pour demain ! Ouf.

À suivre donc, dans deux semaines si tout va bien !

Cette première expérience est féerique et l'ambiance dans le bateau est excellente : je suis vraiment heureux de vivre ça avec Martin, cela n'a pas de prix. JP confirme son excellente compagnie, c'est un bonheur. Le skipper Jérôme est un vrai marin et nous nous sentons en sécurité. C'est un mec bien, un excellent chef de bord. La compagnie d'Ester est agréable , c’est la reine des épissures et elle compte en faire un métier. Tout se passe donc pour le mieux, si ce n'est ce problème de vent.

*GMT : Greenwitch meridian time : heure universelle ou UTC ou TU

Emplacement

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire : cliquez ici pour vous connecter .

Le site de la Grande Croisière...